Sud Ouest 02 juin 2008

Sud Ouest 02 juin 2008

Le corps d'un homme de 79 ans a été découvert samedi soir dans sa cave inondée à Libourne, après de violentes pluies.

"Les circonstances du décès ne sont pas précisément établies. On n'est pas certain qu'il soit directement lié aux inondations", a précisé la préfecture de Gironde dimanche matin.

Samedi 31 mai 2008 en fin d'après midi, de fortes précipitations se sont abattues avec une violence particulière dans le sud-ouest et l'est de la France.

L'octogénaire décédé samedi était "cardiaque", a expliqué dimanche Isabelle Hardy, adjointe au maire de la ville. Il vivait seul dans une maison individuelle, dont la cave était sujette à des inondations fréquentes. "Il a appelé les pompiers très rapidement après le début des orages", a-t-elle indiqué. A leur arrivée sur les lieux, après avoir reçu entre-temps un appel de la soeur de l'octogénaire qui ne parvenait pas à joindre son frère, les secours ont découvert la victime inanimée dans sa cave. Une enquête de police a été ouverte pour déterminer les causes exactes de la mort de l'octogénaire.

Dans le sud-ouest, les importantes précipitations sur la Gironde, samedi en fin d'après-midi, ont entraîné près de 200 interventions des pompiers, appelés surtout pour des inondations.
A Libourne, situé à 30 km à l'est de Bordeaux, "un phénomène très violent d'orages a précisément (frappé) la ville", a expliqué Isabelle Hardy. "L'eau est entrée un peu partout, par les toitures dans certaines maisons, par les canalisations dans d'autres." Dans certaines rues, l'eau est montée très vite, incitant quelques conducteurs à abandonner leurs véhicules sur place, sans pour autant provoquer d'autres victimes. Dimanche à 10H00, certaines habitations restaient inondées mais la pluie avait cessé.

Vidéo extrait du journal de 13h sur tf1.fr:

Intempéries : Solidarité pour nettoyer les dégâts des inondations


A Libourne, en Gironde, tout un quartier a été fortement touché par les inondations. Les habitants se serrent les coudes pour tout nettoyer.

Sud Ouest 02 juin 2008

Un déluge de 45 minutes
Sud Ouest - 02 juin 2008 - Richard Picotin

INONDATIONS. Le Libournais a été particulièrement touché par les orages qui ont frappé la Gironde samedi soir. à Libourne et Castillon-la-Bataille notamment, où de nombreuses maisons ont été inondées

Dans le Libournais, secteur du département où se sont déroulés les événements les plus dramatiques, l'orage n'a duré que 45 minutes samedi soir. Mais, entre 18 h 15 et 19 heures, des trombes d'eau se sont déversées sur la région. Deux villes ont été plus particulièrement touchées par la montée des eaux de trois ruisseaux : Libourne, où plusieurs quartiers ont été submergés par la crue du Lour et de la Ganne, et Castillon-la-Bataille, une nouvelle fois victime de la colère du Rieuvert.
À Libourne, les allées Tourny, le quartier de l'Épinette, où un retraité est décédé des suites d'un malaise cardiaque (lire ci-desous) et le lotissement de Beauséjour ont le plus souffert. Dans ce lotissement, déjà victime d'une moindre crue en 2001, la montée des eaux a été soudaine et violente. « Nous avons vu l'eau arriver dans la rue à partir de 19 heures », raconte Corinne Cerceau, qui habite dans un chalet en bois dont le rez-de-chaussée est dévasté. « Puis, vers 20 heures, brusquement, la crue s'est accélérée et c'est une véritable rivière qui est entrée de tous les côtés de la maison. Nous avons eu 60 centimètres d'eau à l'intérieur. »



De l'eau jusqu'aux fesses. Un peu plus bas dans la rue, Christine Begue n'en revient pas. « J'habite ici depuis vingt-et-un ans, et je n'ai jamais vu ça. Une fois, l'eau s'était arrêtée à la grille du jardin. Mais samedi, il y avait 80 centimètres d'eau dans la maison. J'attendais que ça se calme, mais l'eau montait, montait. Elle m'est arrivée jusqu'aux fesses, et je suis partie, emportée par deux pompiers. »

Vers 22 h 30 samedi, la décrue s'est amorcée, mais une nouvelle montée des eaux, consécutive à une simple averse sur des terres gorgées d'eau, s'est à nouveau produite hier matin dans ce quartier dont 24 familles ont été sinistrées à des degrés divers. Plusieurs d'entre elles ont vu la totalité de leur maison dévastée. Toutes ou presque ont été accueillies pour la nuit chez des parents ou des proches, comme a pu le constater sur place Gilbert Mitterrand, qui avait mis en oeuvre des mesures d'hébergement d'urgence.
Solidarité aussi à Castillon-la-Bataille, où le Rieuvert est sorti de son lit vers 19 heures, inondant le quartier de la place du 14 Juillet et plusieurs commerces.
Hier soir, les sinistrés redoutaient les conséquences de nouveaux orages sur des terres gorgées d'eau.

Sans doute victime d'une crise cardiaque.
Hubert Anger, un homme de 79 ans, est décédé samedi soir au plus fort de la tourmente. Le retraité, qui vivait seul dans une maison à étage située au 139 de l'avenue de Saint-Émilion à Libourne, a sans doute succombé au stress créé par le brusque débordement des eaux du Lour, un ruisseau qui coule en lisière de son jardin. Il avait appelé les pompiers de Libourne afin qu'ils viennent vider sa cave. Mais à leur arrivée sur place, les sauveteurs n'ont pu que constater le décès du malheureux qui gisait dans la cave où il tentait vraisemblablement d'extraire quelques objets face à la montée des eaux.
Hier, les services de police ont confirmé le décès du retraité, qui souffrait de problèmes cardiaques. Une enquête de police a néanmoins été ouverte.

Sud Ouest 03 juin 2008

INTEMPÉRIES. --Les crues du Lour et du Ganne à Libourne, et du Rieuvert à Castillon-la-Bataille, ont causé d'importants dégâts dans les deux communes où la solidarité s'est organisée autour des sinistrés

Gros dégâts à Libourne et Castillon

Allées TournyCaves inondées, routes coupées, dégâts des eaux divers dans des commerces et chez des particuliers : samedi soir, les sapeurs-pompiers de l'arrondissement ont reçu quelques 163 appels de détresse et déclenché 117 opérations de secours, menées par 63 hommes répartis en dix équipes, principalement à Libourne et Castillon-la-Bataille, les communes plus touchées par les intempéries. Car il a énormément plu sur le Libournais, 65 mm d'eau tombés en 45 minutes, entre 18 h 15 et 19 heures. Si bien que le Lour et le Ganne à Libourne et le Rieuvert à Castillon-la-Bataille sont rapidement sortis de leur lit, provoquant d'importantes inondations et de gros dégâts. A Libourne, plusieurs quartiers -l'Épinette, Beauséjour et les allées Tourny- ont été submergés, et de nombreuses maisons endommagées. A Castillon-la-Bataille, c'est le secteur de la place du 14 juillet, des avenues Gambetta et John Talbot qui ont le plus souffert.

Sud Ouest 03 juin 2008

Le Résistant - jeudi 05 juin 2008